Archive for the ‘7e ART : LES NEWS CINEMA’ Category

CMC CULTURE / CANNES 2012 : « AMOUR », DE MICHAEL HANEKE, REMPORTE LA PALME D’OR

Rédaction CMC avec AFP & Libération
27/05/2012
La Palme d’or du 65e Festival de Cannes a été décernée ce dimanche au film « Amour » de Michael Haneke, histoire d’un mari amoureux et attentionné qui accompagne son épouse qui s’en va vers la mort.
Le président du jury Nanni Moretti a remis le prix en insistant sur « la contribution fondamentale » des deux acteurs principaux – Jean-Louis Trintignant, 81 ans, et Emmanuelle Riva, 85 ans.
Ils sont montés sur scène sous les applaudissements avec le cinéaste autrichien à la chevelure blanche qui décroche ainsi sa deuxième Palme d’Or, après « Ruban Blanc » en 2009.
Le cinéaste, qui vit entre Vienne et Paris, a remercié « profondément » ses « acteurs géniaux qui ont fait le film, qui sont l’essence de ce film ».
Emmanuelle Riva a affirmé qu’en tant qu’actrice, « notre action, c’est un partage de vie ». « Garder cela pour soi tout seul, ca manquerait de charme », a-t-elle ajouté d’une voix claire.
Jean-Louis Trintignant, tout sourire, a fait pleurer la salle. « Ca nous touche beaucoup », a-t-il dit avant de partager cette palme en, finalement, six quarts: l’un pour les producteurs, l’un pour le metteur en scène qui « est à mon sens le plus grand metteur en scène vivant », deux autres pour Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert, qui joue sa fille dans le film.
Enfin un cinquième quart à l’équipe du film et le sixième à sa « moitié ». Il a terminé son mini-discours en annonçant qu’il allait citer « un petit poème, tout petit » de Jacques Prévert: « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ? ».
Sur Yahoo News, le Dossier Cannes 2012, photos, videos, teasers …
http://fr.cinema.yahoo.com/festival-de-cannes/

CMC CULTURE / CANNES 2012 : « AMOUR », DE MICHAEL HANEKE, REMPORTE LA PALME D’OR

Rédaction CMC avec AFP & Libération
27/05/2012
La Palme d’or du 65e Festival de Cannes a été décernée ce dimanche au film « Amour » de Michael Haneke, histoire d’un mari amoureux et attentionné qui accompagne son épouse qui s’en va vers la mort.
Le président du jury Nanni Moretti a remis le prix en insistant sur « la contribution fondamentale » des deux acteurs principaux – Jean-Louis Trintignant, 81 ans, et Emmanuelle Riva, 85 ans.
Ils sont montés sur scène sous les applaudissements avec le cinéaste autrichien à la chevelure blanche qui décroche ainsi sa deuxième Palme d’Or, après « Ruban Blanc » en 2009.
Le cinéaste, qui vit entre Vienne et Paris, a remercié « profondément » ses « acteurs géniaux qui ont fait le film, qui sont l’essence de ce film ».
Emmanuelle Riva a affirmé qu’en tant qu’actrice, « notre action, c’est un partage de vie ». « Garder cela pour soi tout seul, ca manquerait de charme », a-t-elle ajouté d’une voix claire.
Jean-Louis Trintignant, tout sourire, a fait pleurer la salle. « Ca nous touche beaucoup », a-t-il dit avant de partager cette palme en, finalement, six quarts: l’un pour les producteurs, l’un pour le metteur en scène qui « est à mon sens le plus grand metteur en scène vivant », deux autres pour Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert, qui joue sa fille dans le film.
Enfin un cinquième quart à l’équipe du film et le sixième à sa « moitié ». Il a terminé son mini-discours en annonçant qu’il allait citer « un petit poème, tout petit » de Jacques Prévert: « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ? ».
Sur Yahoo News, le Dossier Cannes 2012, photos, videos, teasers …
http://fr.cinema.yahoo.com/festival-de-cannes/

Rédaction CMC avec AFP & Libération27/05/2012
La Palme d’or du 65e Festival de Cannes a été décernée ce dimanche au film « Amour » de Michael Haneke, histoire d’un mari amoureux et attentionné qui accompagne son épouse qui s’en va vers la mort.
Le président du jury Nanni Moretti a remis le prix en insistant sur « la contribution fondamentale » des deux acteurs principaux – Jean-Louis Trintignant, 81 ans, et Emmanuelle Riva, 85 ans. Ils sont montés sur scène sous les applaudissements avec le cinéaste autrichien à la chevelure blanche qui décroche ainsi sa deuxième Palme d’Or, après « Ruban Blanc » en 2009.
Le cinéaste, qui vit entre Vienne et Paris, a remercié « profondément » ses « acteurs géniaux qui ont fait le film, qui sont l’essence de ce film ». Emmanuelle Riva a affirmé qu’en tant qu’actrice, « notre action, c’est un partage de vie ». « Garder cela pour soi tout seul, ca manquerait de charme », a-t-elle ajouté d’une voix claire.
Jean-Louis Trintignant, tout sourire, a fait pleurer la salle. « Ca nous touche beaucoup », a-t-il dit avant de partager cette palme en, finalement, six quarts: l’un pour les producteurs, l’un pour le metteur en scène qui « est à mon sens le plus grand metteur en scène vivant », deux autres pour Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert, qui joue sa fille dans le film.
Enfin un cinquième quart à l’équipe du film et le sixième à sa « moitié ». Il a terminé son mini-discours en annonçant qu’il allait citer « un petit poème, tout petit » de Jacques Prévert: « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ? ».
Sur Yahoo News, le Dossier Cannes 2012, photos, videos, teasers …http://fr.cinema.yahoo.com/festival-de-cannes/

ENTRE L’OEIL ET LA REALITE : LE LIEU DU CINEMA. « MULHOLLAND DRIVE » DE DAVIS LYNCH

Julien Achemchame

Publibook/Société écrivains

Etrange, bizarre, décalé, à contre-courant… les qualificatifs abondent pour désigner le cinéma de Lynch, et plus particulièrement cet objet singulier, réfractaire à une seule interprétation qu’est Mulholland Drive, œuvre tout autant fascinante que dérangeante, échappant à la logique du spectateur et à sa capacité à ordonner l’action.

Pour expliquer cette nature, quelle hypothèse soulever ?

Quelle voie interprétative suivre ?

Pour Julien Achemchame, il s’agit avant tout d’appréhender Mulholland Drive comme récit portant essentiellement sur le cinéma, sur la spectature, sur le fait de regarder et de recevoir un film. De là, une double approche de cet ovni cinématographique, perçu à la fois comme synthèse des motifs et thèmes lynchiens, et dialogue avec les œuvres et genres filmiques qui ont marqué l’histoire hollywoodienne.

Procédant par un élargissement des perspectives quant au sens à donner à Mulholland Drive, se dirigeant vers une approche intertextuelle de plus en plus importante et fertile, Entre l’œil et la réalité : le lieu du cinéma relève le défi de l’exégèse lynchienne sans nécessairement tomber dans des discours par trop alambiqués ou inutilement intellectualistes. Cernant cet objet artistique avant tout comme discours sur le cinéma, son auteur élabore ainsi un cheminement interprétatif qui, derrière la simplicité qu’il postule, révèle la densité de l’œuvre du réalisateur.

Une référence certaine pour comprendre un cinéaste phare.

Julien Achemchame est enseignant certifié de lettres modernes, docteur en études cinématographiques et chargé d’enseignement à l’Université Paul Valéry de Montpellier depuis 2007 (cours sur les séries télévisées américaines contemporaines, histoire du cinéma hollywoodien et du métafilm, théories des cinéastes…). Il collabore ponctuellement à la revue universitaire « Eclipses » (numéros sur Jim Jarmusch n°38 et Gus Van Sant n°41) et au site Internet « Objectif Cinéma » (articles sur Philippe Grandrieux, Pier Paolo Pasolini et David Lynch).

Son dernier article est sorti en septembre 2010 dans la revue Cinergon et aborde l’influence du film « Vertigo » dans le cinéma de Robert Altman et celui de Brian De Palma. Son prochain article, sur le cinéaste Georges Franju, paraîtra dans la revue « CinémAction » en 2011. Ses recherches actuelles s’orientent vers la circulation des formes et des motifs filmiques dans l’histoire du cinéma.

Format : Broché

Nb. de pages : 406 pages

Dimensions : 17cm x 24cm x 1,6cm

ISBN : 978-2-7483-5781-3

EAN : 9782748357813

CMC KUNST & CULTUUR : STRIP EN FILM “LE CHAT DU RABBIN / DE KAT VAN DE RABBIJN” VAN JOHANN SFAR

Animatiefilm

Interview van AGENDA (Brussel), 03.06.2011